Prendre un rendez-vous
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Article

La pandémie bouleverse le bien-être des employés

L’absence de déplacements n’a pas que du bon.

Tandis que la pandémie de coronavirus augmente l’épuisement professionnel des employés dans le monde entier, l’impact diffère selon les pays, selon un nouvel indice des tendances du travail établi par Microsoft.

L’enquête, qui a interrogé plus de 6 000 travailleurs de l’information et de première ligne dans huit pays, dont l’Australie, le Brésil, l’Allemagne, le Japon, l’Inde, Singapour, le Royaume-Uni et les États-Unis, a révélé que plus de 30 % des personnes interrogées ont déclaré que la pandémie avait accru leur sentiment d’épuisement au travail. Ce chiffre monte à 44 % au Brésil et tombe à 10 % en Allemagne.

Les causes du stress au travail diffèrent également, les personnes interrogées étant invitées à classer leurs principaux contributeurs sur une liste de 12 options. Globalement, le principal facteur de stress était la crainte de contracter le virus, suivie par l’absence de séparation entre le travail et la vie privée, le sentiment d’être déconnecté de ses collègues et des charges de travail ou des horaires ingérables.

En approfondissant la question du manque de séparation entre le travail et la vie privée, l’enquête a révélé que les gens participent à beaucoup plus de réunions, prennent plus d’appels et gèrent plus de clavardages entrants qu’avant la pandémie. Par ailleurs, les discussions en dehors des heures de travail, entre 17 h et minuit, ont également augmenté.

En outre, l’enquête a révélé que l’absence de déplacement peut nuire à la productivité des travailleurs à distance, au lieu de l’améliorer. « Les trajets domicile-travail offrent des blocs de temps ininterrompus pour la transition mentale vers et depuis le travail, un aspect important du bien-être et de la productivité », a déclaré Shamsi Iqbal, chercheur principal chez Microsoft Research, dans un article de blogue. Les gens diront : « Je suis content de ne plus avoir à faire la navette. Je gagne du temps. » Mais sans une routine pour accélérer le rythme de travail et ensuite le réduire, nous sommes émotionnellement épuisés à la fin de la journée. »

La suite ici :https://www.avantages.ca/sante/sante-mentale/la-pandemie-bouleverse-le-bien-etre-des-employes/

FERMER
CLOSE