Prendre un rendez-vous
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nouvelle

BCH Solutions collectives

Quand la santé mentale préoccupe les hauts dirigeants

Une proportion importante des coûts associés aux problèmes de santé mentale au pays proviennent de la perte de productivité des employés, et incidemment des entreprises. Longtemps négligés, les risques psychosociaux au travail font aujourd’hui l’objet de discussions aux plus hauts niveaux hiérarchique des organisations.

Mercredi, devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, trois PDG ont encouragé les employeurs du Québec à se mobiliser pour lutter contre les troubles de santé mentale dans les milieux de travail.

« Les gestionnaires et la haute direction doivent faire partie de la solution, pas du problème », a affirmé Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale.

Dans un monde où les pressions organisationnelles ne cessent de s’accroître, mettant à rude épreuve le moral et les nerfs des employés, les gestionnaires doivent devenir des « isolants » face au stress, et non des « transmetteurs », a-t-il imagé.

Pour venir en aide autant à ses employés qu’à ses gestionnaires, la Banque Nationale a mis en place une nouvelle procédure qui consiste à faire systématiquement appel à des firmes spécialisées pour mieux gérer les absences de plus de quatre jours. Ces ressources externes apportent un soutien aux gestionnaires, tout en réduisant les risques d’absence prolongée des employés.

Une proportion importante des coûts associés aux problèmes de santé mentale au pays proviennent de la perte de productivité des employés, et incidemment des entreprises. Longtemps négligés, les risques psychosociaux au travail font aujourd’hui l’objet de discussions aux plus hauts niveaux hiérarchique des organisations.

Mercredi, devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, trois PDG ont encouragé les employeurs du Québec à se mobiliser pour lutter contre les troubles de santé mentale dans les milieux de travail.

« Les gestionnaires et la haute direction doivent faire partie de la solution, pas du problème », a affirmé Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale.

Dans un monde où les pressions organisationnelles ne cessent de s’accroître, mettant à rude épreuve le moral et les nerfs des employés, les gestionnaires doivent devenir des « isolants » face au stress, et non des « transmetteurs », a-t-il imagé.

Pour venir en aide autant à ses employés qu’à ses gestionnaires, la Banque Nationale a mis en place une nouvelle procédure qui consiste à faire systématiquement appel à des firmes spécialisées pour mieux gérer les absences de plus de quatre jours. Ces ressources externes apportent un soutien aux gestionnaires, tout en réduisant les risques d’absence prolongée des employés.

 

Quand la santé mentale préoccupe les hauts dirigeants